Requirem

Bienvenue sur le forum de la guilde requirem ( rushu)
 
AccueilCalendrierGalerieFAQGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Bonta et Brakmar

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Elbartosa
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 124
Age : 23
Localisation : Je ne joue plus
Date d'inscription : 29/06/2007

Feuille de personnage
Classe: Osamodas
Niveaux: 78
Alignement: Bontarien

MessageSujet: Bonta et Brakmar   Mer 4 Juil - 12:56

Bonta et Brâkmar : L'origine du conflit

Dans un village paisible, dans une maison au bord d'un fleuve, vivaient 2 jeunes paysans, Anamka, une Xelor, et Aukifos, un Feca. Ils étaient heureux, et ce qu'ils désiraient le plus au monde était d'avoir un enfant, mais jamais leur souhait ne s'était réalisé. Mais un jour, Anamka, qui était partieà la forêt pour chercher des glands et des noisettes, y rencontra le dieu Xelor. Quand il la vit il lui adressa ces paroles :

"_Anamka, je sais que tu désires plus que tout d'avoir des enfants, mais je craignais toujours de t'en faire grâce... vois-tu, si jamais tu en avais, a l'âge de 20 ans, ils te quitteraient, et ne reviendraient jamais, car leur destin est ailleurs, loin de vous. Te sens-tu prête pour une épreuve pareille ?

Anamka, ne sachant pas quoi répondre, se tenait debout devant le dieu et tremblait de tout son corps. Xelor reprit la parole :

_Je considèrerai ton silence comme un accord. "

Et il disparut.

Le jour d'après, Anamka revint chez elle, et raconta tout à Aukifos, qui en fut réjoui, et quelques mois plus tard, Anamka lui présenta deux jumeaux, des Eniripsas. Les deux frères étaient complètement identiques, sauf que leurs ailes avaient des couleurs différentes. Aukifos leur trouva un nom tout de suite : celui dont les ailes étaient blanches, il lui donna le nom de Notab, et l'autre, dont les ailes étaient rouges, reçut le nom de Karmarb. Les parents étaient tellement heureux de voir ces enfants qu'ils oublièrent vite les paroles de Xelor.

Mais Xelor ne les avait pas oubliés, et, quand les deux enfants grandirent et approchèrent des vingt ans, une nuit, il leur vint en rêve et leur dit qu'il était temps de partir. Notab et Karmarb, qui étaient heureux ensemble et n'avaient jamais eu de soucis, décidèrent pourtant d'écouter Xelor et partirent donc, malgré les pleurs d'Anamka et d'Aukifos.

Ils marchèrent d'abord ensemble vers l'ouest, ne sachant pas où aller, et arrivèrent enfin à un croisement de chemins. N'ayant aucune idée de la direction qu'ils devaient prendre, ils décidèrent de se séparer. Notab tourna au nord, Karmarb, au sud. Ils se dirent au revoir et chacun partit de son côté. Ils ne savaient pas encore que c'était la dernière fois qu'ils se parlaient...

Pendant plusieurs jours il marchèrent dans des directions opposées, jusqu'au moment ou ils parvinrent a des montagnes, qui, une fois franchies, cachèrent à leurs yeux ce qui était resté pendant vingt ans leur maison...

Derrière les montagnes, chacun découvrit un paysage complètement différent de ce qu'il avait vu jusqu'à présent. Notab traversa une forêt étrange, où les arbres prenaient vie et se déplaçaient partout dans la forêt, puis une plaine semblable a celles où il avait passé son enfance, mais beaucoup plus calme, grande, paisible...

Karmarb, lui, passa par une presqu'île, ou il découvrit un village abandonné par ses habitants, et découvrit bien vite la cause de ce désastre. Des dragons avaient chassé les villageois et s'étaient installés à leur place et apparemment personne n'avait encore réussi à les chasser.

Il voulut continuer son chemin quand les villageois, qu'il n'avait pas encore vus, coururent vers lui et se mirent à lui demander son aide, car les Dragoeufs, tel était le nom de ces créatures, allaient leur détruire tout ce qu'ils possédaient si ils les laissaient faire. Karmarb pensa qu'il n'avait rien à perdre, et, bien qui n'ait jamais combattu de si grandes bêtes avant, n'eut aucun mal à les chasser. Les habitants de Furdagoe, le prièrent de rester avec eux pour les protéger, et bientôt il se lia de grande amitié avec ses gens, et comprit qu'il avait trouvé ce qu'il cherchait.

Notab, quant à lui, avança dans la plaine et y découvrit un petit peuple d'écaflips qui l'accueillirent chaleureusement, et lui demandèrent de rester avec eux pour les soigner, car ils venaient juste de sauver leurs champs des Craqueleurs des plaines, qui détruisaient leurs récoltes de céréales. Notab les aida, et alla même jusqu'à chasser les Craqueleurs des champs, et les repoussa plus au sud. Lui aussi se lia d'amitié avec les villageois et décida de rester avec eux. Pendant tout ce temps ils ne surent pas ce qui était advenu de l'autre.

Ils s'inquiétaient beaucoup du bien-être de leurs amis, et le même jour, ils décidèrent de bâtir une ville bien protégée ou ils n'auraient rien à craindre. Karmarb décida de leur construire une ville plus au sud, là ou les Dragoeufs ne pourraient pas les atteindre. La ville reçut le nom de Râmkarbe. Elle s'agrandit de plus en plus chaque jour. Notab, lui monta vers le sud, et c'est là que, entourée de la plaine de Iacan, fut élevée Atnobe. Les villes jumelles se sont ensuite fortifiées. Râmkarbe s'est entourée d'un fossé de lave, et était bien gardée, si bien qu'il était presque impossible d'y entrer inaperçu. Atnobe éleva de grands murs infranchissables et des postes d'avant-garde autour de la ville, et bientôt des gens venus de tout le continent commencèrent à les peupler.

Cependant, aucun des deux frères n'avait révélé son identité a personne, et ceux qui la connaissaient, c'est-à-dire les premiers habitants des villes, n'osaient la révéler. Leurs ailes étaient devenues splendides, et une aura de puissance les entourait, si bien que tout le monde se retournait à leur passage...

Une sorte de rivalité s'établit petit à petit entre les villes, chacune tentait de prouver sa supériorité, mais aucune des deux ne réussit à prendre le dessus. Notab et Karmarb ne pensaient plus qu'à leur cité, et finirent même par oublier leurs origines et leur famille. Ils cherchaient des raisons de rabaisser la cité adverse, et attirer le plus de gens dans leur camp, et les dizaines de petites raisons qu'ils ont inventées finirent par engendrer une guerre entre les Râmkarbiens et les Atnobiens. Dès ce jour, le continent Amkanien ne connut plus la paix, les agressions et les meurtres étaient devenus quotidiens, alors qu'avant, Amakna était si paisible...

Mais arriva enfin le jour où les chemins des jumeaux se croisèrent, et, comme ils ne se sont pas reconnus, ne voyant devant soi qu'un ennemi, ne se doutant pas que c'était peut-être le frère tant attendu jadis, ils commencèrent leur combat. Chacun voulait gagner, mais leurs forces étaient égales et aucun des deux ne réussit à prendre le dessus.

Ils furent gravement blessés, et leurs fidèles les ramenèrent dans la grande tour de leur ville. Ils essayèrent de les sauver, mais ils ne purent rien faire et Notab et Karmarb moururent, le même jour, au même moment.Ils furent enterrés près de la tour où ils sont morts, et au dessus de leur tombe, un sculpteur érigea la statue d'un phoenix.

Maintenant, les noms ont changé, les villes se nomment désormais Bonta et Brâkmar, mais la rivalité entre elles n'a toujours pas cessé. Désormais, les Bontariens et les Brâkmariens reçoivent, dès qu'ils choisissent leur camp, des ailes semblables à celles de leur maître, et plus ils sont fidèles à leur cité, plus leurs ailes sont imposantes et se rapprochent de celles qu'avait leur fondateur.

Mais les dieux d'Amakna ne désiraient pas que cette guerre dure éternellement, et l'un d'eux prédit qu'un jour viendra au monde un être qui déterminera le sort des villes jumelles et fera ainsi cesser la guerre,en choisissant soit de rejoindre l'un des deux camps, soit de détruire ces cités. Cette prophétie est depuis longtemps perdue, et on ignore de qui il s'agit et à quel moment il viendra, mais... l'heure est proche.

Hymne de Brâkmar

Un jour nous sortirons l'épée
Et partirons vers votre cité
Et ce jour la vous comprendrez
Que seule Brâkmar pourra régner

Que la terre tremble sous nos pas
Craignez-nous, Anges de Bonta
Nous les Démons, on vous vaincra
Croyez-nous, votre cité perdra.

Depuis toujours
Nous vous cherchons
Et un par un
Nous vous tuons
Jamais nous ne nous arrêterons
Tant que les Anges la terre d'ici fouleront

Courir dans la plaine de Cania
Et vous trouver cachés là-bas
Sans pitié nous vous tuerons
Et croyez nous les temps changerons
Craignez-nous, anges, un jour viendra
Et Brâkmar vaincra Bonta

_________________
Votez pour Requirem sur ce lien http://www.weborama.fr/?id_vote=339057
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.e-monsite.com/requiem/
Schanel-Osa
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 101
Age : 24
Localisation : Au QG de l'Organisation Religieuse de l'Ombre
Date d'inscription : 30/06/2007

Feuille de personnage
Classe: Osamodas
Niveaux: 150+
Alignement: Bontarien

MessageSujet: Re: Bonta et Brakmar   Mer 4 Juil - 16:28

Exellente cet histoire jkiffe cet phrase

Cependant, aucun des deux frères n'avait révélé son identité a personne, et ceux qui la connaissaient, c'est-à-dire les premiers habitants des villes, n'osaient la révéler. Leurs ailes étaient devenues splendides, et une aura de puissance les entourait, si bien que tout le monde se retournait à leur passage...

_________________
Le plus grave ce n'est pas de mourir, le pire c'est d'être oublié lorsqu'on est mort.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Schanel-Osa
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 101
Age : 24
Localisation : Au QG de l'Organisation Religieuse de l'Ombre
Date d'inscription : 30/06/2007

Feuille de personnage
Classe: Osamodas
Niveaux: 150+
Alignement: Bontarien

MessageSujet: Re: Bonta et Brakmar   Ven 6 Juil - 10:32

J'ai trouvé l'Hymne de Bonta ( enfin lol! )

Hymne de Bonta
(Sur l'air un peu simplifié de la musique de Bonta)

1er couplet :
Bontarien, réveille-toi :
Le jour éclaire Amakna.
Aujourd'hui, une nouvelle fois,
Notre monde a besoin de toi
Pour faire avancer la justice, la paix, la bonté,
Ces biens précieux que tu as promis de protéger.
Alors, hâte-toi car ce combat là n'attend pas
C'est celui de tous les vrais habitants de Bonta !

refrain :
Ni l'argent, ni le pouvoir, ni même la gloire
N'ont d'intérêt aux yeux de tous ceux qui vivent à Bonta !
Mais la joie, la justice et la paix, l'amour et l'amitié,
Pour eux un Bontarien est toujours prêt à se sacrifier !

2e couplet :
Ce n'est pas d'un coup d'épée,
Ni d'un discours enflammé
Que le monde peut devenir meilleur
Mais en changeant nos propres cœurs.
C'est bien chacun de tes petits actes de bonté
Qui va changer un peu ce monde et le transformer.
Courage ! Pense à ta famille, à tes frères, tes amis
Avec eux à Bonta il fera alors bon vivre !

Bonne chance et bon jeu Wink

_________________
Le plus grave ce n'est pas de mourir, le pire c'est d'être oublié lorsqu'on est mort.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Schanel-Osa
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 101
Age : 24
Localisation : Au QG de l'Organisation Religieuse de l'Ombre
Date d'inscription : 30/06/2007

Feuille de personnage
Classe: Osamodas
Niveaux: 150+
Alignement: Bontarien

MessageSujet: Re: Bonta et Brakmar   Ven 6 Juil - 10:48

2eme version des faits de l'histoire du conflit [ Partie 1 ]

Extrait des mémoires de Lagerf Hilde, tome 3
chapitre 27
" ...Il me faut à présent conter l'histoire de la fondation de Bonta et Brakmar, les deux villes rivales...
En ce temps là, une grande partie d'Amakna était encore sauvage et inexplorée. Bien peu s'étaient aventurés au-delà des montagnes et de la forêt sombre. On savait seulement que s'y trouvaient une lande et une plaine hostiles. Personne ne souhaitait s'y rendre, à part les fous ou ceux qui avaient quelque chose de très secret à cacher.
Dans le village, par contre, bouillonnait le sang neuf des onze nouvelles races. Dans ce tourbillon sans fin de batailles et d'accumulation de richesses s'étaient dressées deux factions parmi les habitants : Les anges et les démons. Les démons agressaient n'importe qui pour le plaisir, l'honneur et le butin. Les anges, quant à eux, pourchassaient les démons pour quasiment les mêmes raisons.
Créée à l'origine pour défaire les démons, la milice des anges les unit et les renforça par le simple fait de son existence. La lutte anges/démons devint un défi d'adresse et d'habileté aux armes. De puissants héros émergèrent et les combats devinrent une question d'honneur. La rivalité entre les deux camps s'exacerba au point que la paix d'Amakna fut troublée.
Les aigles-gardiens d'Amakna décidèrent de calmer les hostilités et de tenter une réconciliation générale. Dans leur sagesse, ils se gardèrent de tout jugement sur les membres des différentes factions, car avec le temps, des abus avaient eu lieu dans les deux camps. Ils réunirent donc deux chefs sages et célèbres – Jiva le Féca pour les anges et Hyrkul le Sram pour les démons - et leur confièrent la tâche d'explorer, de pacifier et de coloniser l'Ouest du continent. Ils déclarèrent l'amnistie générale pour tous les aventuriers qui se joindraient à l'expédition.
Lutter ensemble contre des ennemis communs et fonder un nouveau royaume, ces tâches exaltantes devaient souder les explorateurs et leur faire oublier leurs vieilles querelles (et accessoirement les envoyer loin du village le plus longtemps possible). L'enthousiasme suscité fut à la hauteur du défi, et, unis sous la devise " complètement à l'Ouest ", la plupart des anges, des démons et tous les autres aventuriers d'Amakna répondirent à l'appel. Des héros légendaires dont le souvenir – et les artefacts – sont toujours parmi nous se joignirent à l'expédition : Liriel la gourmande, Kademlia Boulgoure, Hick le Crâ maudit, Hète le brûlant, Isidor l'Eca malin, Mech Riorraw, Hogmeiser...
Donnant l'exemple, Jiva l'invulnérable et Hyrkul l'astucieux, qui s'estimaient mutuellement, acceptèrent de tenter la réconciliation et de prendre le commandement. Grâce à l'union des deux factions, l'expédition était invincible et " pacifiait " tout sur son passage. Le groupe passa par le col des Kwaks et la forêt sombre (qui s'en trouvèrent par la suite beaucoup moins dangereux) et pénétra dans les plaines de Cania, puis obliqua vers le sud.
Le moral était bon, les premières victoires avaient effectivement rapproché les explorateurs. Des rapprochements s'amorcèrent, des ennemis devinrent amis. Mais les vieilles blessures sont souvent longues à refermer... Parmi les fervents d'hier, certains refusaient toute réconciliation, et ne s'étaient joints à l'expédition que parce que l'idée de laisser un peu de gloire au camp d'en face leur était insupportable. D'autres comptaient profiter de la colonisation pour refaire le monde selon leurs vues.
Jiva et Hyrkul eux-même, malgré leur bonne volonté, n'étaient pas pleinement d'accord...
" Je tremble d'avance à l'idée d'une ville bourgeoise et complètement décadente. " disait Hyrkul. " Ce qu'il faudrait, c'est s'installer dans un endroit hostile où l'on serait forcé de se battre pour survivre. Rien de tel pour encourager la force et l'habileté ! "
" Tout le monde n'a pas pour seul but la guerre et la violence " répondait Jiva. " D'autres buts touts aussi désirables comme la justice, la science ou l'habileté manuelle ont besoin de paix et de tranquillité pour être atteints. "
" Tu te trompes, Jiva, en croyant obtenir tout cela bien installé derrière de gros murs. C'est par l'émulation et le désir de survie que les progrès adviennent. Celui qui ne lutte pas pour vivre finit par mourir, c'est une loi de la nature, et c'est celle qui me gouverne. "
" C'est bien ce que j'avais cru voir. Apprend, Hyrkul, que tous n'ont pas besoin d'être forcés à se dépasser. Beaucoup parmi nous ne cherchent que le bien d'autrui, sans rien attendre en retour... "
Jiva et Hyrkul gardaient leur calme la plupart du temps. Mais imperceptiblement, l'expédition commença à se scinder en deux partis, partageant plutôt les vues de Jiva ou celles d'Hyrkul.
Avançant vers le sud, les explorateurs rencontrèrent les montagnes. Les craqueleurs et les canigrous harcelaient l'expédition, usant l'endurance des aventuriers. La fatigue commença à se faire sentir : certains voulaient s'arrêter et fonder une ville sans attendre. Jiva et Hyrkul rappelèrent que l'objectif initial de l'expédition était l'exploration et annoncèrent qu'aucune décision de colonisation ne serait prise avant que le continent n'ait été exploré jusqu'au sud. Le moral diminua encore plus en arrivant dans la lande de Sidimote.
Une fois l'extrémité sud du continent atteinte, la décision tant repoussée de l'emplacement de la future cité devint le seul centre d'intérêt. Jiva et Hyrkul, fidèles à leur promesse de réconciliation, étaient tous les deux prêts à faire des concessions. Mais les aventuriers ne l'entendaient pas ainsi. Beaucoup d'anciens démons, partageant les idées d'Hyrkul, voulaient fonder la cité à cet endroit, en plein cœur de la lande. La plupart des anges, jugeant ce lieu invivable, préféraient fortement Cania. Ils arguèrent qu'une colonisation n'impliquait pas forcément une cité unique. Finalement, quand les disciples de Djaul commencèrent à construire sur place et que plusieurs aventuriers soient déjà partis faire de même à Cania, les deux chefs annoncèrent officiellement la scission inéluctable du groupe. Jiva appela auprès de lui ceux qui voulaient bâtir " Bonta ", la ville de la justice, de la paix et du raffinement, et Hyrkul convia les admirateurs de la force, de la ruse et de la pugnacité à bâtir la cité de " Brakmar ".
La séparation fut assez rapide. Certains aventuriers retournèrent en Amakna mais la plupart suivirent leurs anciens chefs ange ou démon (sauf les Ecas qui tirèrent à pile ou face). En souvenir de l'expédition, les deux groupes se promirent paix et assistance et se séparèrent avec un peu de regrets et beaucoup de soulagement.

_________________
Le plus grave ce n'est pas de mourir, le pire c'est d'être oublié lorsqu'on est mort.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Schanel-Osa
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 101
Age : 24
Localisation : Au QG de l'Organisation Religieuse de l'Ombre
Date d'inscription : 30/06/2007

Feuille de personnage
Classe: Osamodas
Niveaux: 150+
Alignement: Bontarien

MessageSujet: Re: Bonta et Brakmar   Ven 6 Juil - 11:05

[ 2eme partie ] Bonta Brakmar

Chapitre 28
" Méfie-toi des belles paroles, et surtout de celles des Bontariens : Elles leur servent à masquer leur duplicité et leur couardise. " (une grand-mère brakmarienne à son petit-fils)
" Ne tournez jamais le dos à un Brakmarien, n'écoutez jamais ses conseils. " (un vétéran bontarien aux jeunes recrues)
Pendant un temps, les deux clans s'occupèrent à bâtir leurs cités. Quelques échanges avaient lieu entre les villes, et la vieille rivalité ange/démon aiguillonnait les constructeurs pour construire plus haut, plus gros, plus solide. Quelques débordements eurent lieu pour savoir quelle ville était la plus belle, mais sans gravité.
Une fois les cités construites, chaque camp lança des raids d'exploration autour de sa ville. Plus nombreux, les Bontariens progressèrent vite jusqu'au territoire des Dopeuls. Mais face à cette terrible menace, ils battirent en retraite pour ramener des renforts. L'expédition brakmarienne arriva presque au même moment. Plus aguerrie et plus rusée, cette expédition pénétra en territoire dopeul et en prit le contrôle. L'arrivée des renforts Bontariens provoqua une vive tension, les Brakmariens arguant de leur victoire et de la plus grande proximité de leur ville, tandis que les Bontariens prétextaient l'antériorité de la découverte. On en vint presque aux mains et les deux groupes se séparèrent plein de rancoeur. Au passage, en " précaution contre les invasions possibles ", les Bontariens s'érigèrent en " protecteurs " du village des Brigandins, ce qui ne fut pas sans susciter à nouveau de vives contestations. Les Brakmariens présents à Bonta furent pris à partie, de même que les Bontariens en visite à Brakmar. Les échanges se raréfièrent entre les deux cités, la tension monta.
Les raids d'exploration s'intensifièrent, chacun cherchant à précéder l'autre, et les groupes de chaque faction qui se rencontraient se méfiaient à présent les uns des autres. Des rumeurs commencèrent à circuler sur des espions, ainsi que sur la disparition étrange de certains groupes d'explorateurs.
La guerre se ralluma pour de bon lorsqu'un Sram de Brakmar particulièrement adroit et chanceux (quoique l'on puisse discuter sur ce dernier point) découvrit la cachette d'un artefact qui lui sembla très puissant : une sorte d'œuf lumineux. Par un extraordinaire coup d'audace, il réussit à le voler aux monstres qui le gardaient. Blessé et traqué, il tomba sur un groupe d'explorateurs Bontariens qui, intrigués, se mêlèrent au combat contre les monstres gardiens. Le Sram mourut dans la bataille ainsi que plusieurs Bontariens. Les survivants emportèrent l'artefact à Bonta. Là, les Enutrofs les plus experts reconnurent l'un des précieux Dofus, oubliés depuis longtemps.
La valeur d'une telle découverte provoqua la colère de Brakmar qui, considérant que le Dofus avait été volé au Brakmarien qui l'avait dérobé, forma une milice pour aller réclamer la restitution du Dofus. Cette milice ne fut pas difficile à former, tant les évènements précédents avaient échauffé les esprits. A son approche, les Bontariens fermèrent pour la première fois les portes de leur ville, et accueillirent la délégation brakmarienne du haut des remparts. Malgré la présence d'esprits sensés, les discussions laissèrent vite la place aux vieilles insultes d'autrefois. Quelques flèches volèrent et la bataille s'engagea.
Mais face aux puissants murs de Bonta, la toute récente milice brakmarienne n'avait pas grand espoir de vaincre. Les attaquants se retirèrent et, en représailles " et jusqu'à restitution du Dofus à ses légitimes propriétaires ", occupèrent/libérèrent/envahirent le village des Brigandins (NDA : au choix suivant la faction considérée). Dans les plaines et la lande, les Brakmariens prirent également en otage les explorateurs Bontariens qu'ils réussirent à vaincre (une " infâme trahison " selon les Bontariens). La situation empira encore lorsque les Bontariens constatèrent la disparition mystérieuse du précieux Dofus. Les Bontariens accusèrent les Brakmariens de l'avoir volé, tandis que ceux-ci accusaient les Bontariens de mentir pour ne pas rendre le Dofus.
Les Bontariens formèrent à leur tour une armée, baptisée " milice de défense ", fourbirent leurs armes et partirent " libérer les otages et les territoires occupés ". La reprise du village des Brigandins fut facile, Brakmar ayant battu le rappel de ses troupes. Les Bontariens conquirent/reprirent/envahirent également le territoire des Dopeuls (NDA : toujours aux choix) et campèrent au pied de Brakmar.
La milice de Bonta était nettement mieux équipée, et comme de toute façon les Brakmariens n'étaient pas du genre à se cacher derrière leurs remparts, un combat terrible s'engagea devant les douves de lave de Brakmar. A leur tour, les Bontariens s'aperçurent que Brakmar était puissamment défendue et que sa prise était peu probable. Ils lancèrent donc une attaque commando à l'intérieur de la ville pour libérer leurs otages. Puis, considérant que l'honneur était sauf et que le but de l'opération n'était pas la prise de Brakmar mais uniquement la libération des otages et des territoires occupés, l'armée bontarienne se retira (ou " s'enfuit lâchement " selon la version brakmarienne).
Voulant se venger de l'humiliation qu'ils avaient tout de même subi, les Brakmariens prirent les armes et poursuivirent l'armée bontarienne qu'ils attaquèrent par surprise dans la lande de Sidimote (" dans le dos et par traîtrise " selon les Bontariens). Dans ce terrain hostile et envahi de bêtes sauvages, la bataille fut un carnage pour les deux camps. Les fragments d'armée s'en retournèrent dans leurs cités respectives, et depuis lors, ce fut une guerre sans merci.
Les sages d'Amakna se penchèrent sur l'aventure du Dofus, et s'inquiétèrent des autres Dofus qu'ils avaient caché il y a bien longtemps. Ils découvrirent que tous sans exceptions avaient disparu... "
- Fin du volume 3 -

_________________
Le plus grave ce n'est pas de mourir, le pire c'est d'être oublié lorsqu'on est mort.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elbartosa
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 124
Age : 23
Localisation : Je ne joue plus
Date d'inscription : 29/06/2007

Feuille de personnage
Classe: Osamodas
Niveaux: 78
Alignement: Bontarien

MessageSujet: Re: Bonta et Brakmar   Ven 6 Juil - 23:17

moi perso VIVE BONTA !!!! rabbit

_________________
Votez pour Requirem sur ce lien http://www.weborama.fr/?id_vote=339057
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.e-monsite.com/requiem/
tigre rouge
Bras droit
Bras droit
avatar

Nombre de messages : 38
Age : 24
Localisation : poubelle a gauche de la banque d\\\'astrub....ben quoi chacun ses moyens
Date d'inscription : 07/07/2007

Feuille de personnage
Classe: Iop
Niveaux: 60+
Alignement: Bontarien

MessageSujet: Re: Bonta et Brakmar   Dim 15 Juil - 22:10

moi je dis que la grand mère a raison en disant:"Méfie-toi des belles paroles, et surtout de celles des Bontariens : Elles leur servent à masquer leur duplicité et leur couardise."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Bonta et Brakmar   

Revenir en haut Aller en bas
 
Bonta et Brakmar
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Programme des tournois Wakfu TCG Septembre 2010 – Février 20
» [wip] Map Bonta vs Brakmar
» L'épopée de Bonta à Brakmar[accepté]
» Team Bonta et Brakmar
» Bonta et Brakmar

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Requirem :: Requirem :: Le coin des Membres de la guilde-
Sauter vers: